// archives

Fullmetal Alchemist : Milos no Sei-naru Hoshi

La flemme de l’été me fait annuler le second article prévu sur Japan Expo. Je posterai quelques trucs sur Twitter.

L’événement de cette Japan Expo 2011, hors invités, c’était la diffusion en avant-première internationale, Japon exclus, du dernier film Fullmetal Alchemist : Milos no Sei-naru Hoshi (L’étoile [sacrée] de Milos). Les réjouissances ont été méchamment entâchées par les problèmes de distribution des tickets, mais on ne va pas s’y attarder : aujourd’hui, on parle du film !

Lire la suite

Star Driver – Le fabuleux nouveau Bones a un goût de révolution…

Star Driver est le nouvel anime du studio Bones (FMA, Eureka seveN, Darker than Black, Xam’d…), et est LA série fabuleuse de cet automne. Développons.

Lire la suite

Xam’d Lost Memories (Bônen no Xamdô)

Bônen no Xamdô (Xam’d Lost Memories de son nom international) est une série produite en 2008-2009 par le studio Bones, qui a eu comme grande particularité d’être tout d’abord diffusée sur le PlayStation Network, étant en premier lieu accessible à un public américain avant d’être disponible au Japon. Ce n’est qu’après que les 26 épisodes du show n’aient été mis à disposition sur le PSN qu’une diffusion télévisée commença au Japon (de manière relativement intéressante, avec un nouvel opening et deux endings, par les mêmes artistes que sur le PSN).

Bon, et Xam’d, c’est une série que bien trop peu de monde a vue et qui mérite bien plus d’amour, parce que c’est d’la balle. Lire la suite

Darker than Black – Ryûsei no Gemini

En 2007, lorsqu’a été diffusé pour la première fois Darker than Black – Kuro no Keiyakusha, nous découvrions une série originale dans un univers intriguant, le tout servi par une animation de premier ordre, studio Bones oblige. Kuro no Keiyakusha narrait l’histoire de Hei, un « contractant » (« 契約者 », francisé officiellement par Panini Comics de cette manière) possédant le pouvoir d’électrocuter ce avec quoi il est en contact; et de ses camarades tout aussi peu ordinaires. Peignant le portrait de personnages charismatiques et originaux à souhait, ce Darker than Black – Kuro no Keiyakusha était une franche réussite, mais aussi une série qui possédait un rythme très particulier : En effet, elle suivait sur ses 26 épisodes un schéma d’histoires séparées et plus ou moins indépendantes narrées en 2 épisodes, toutes ces petites affaires mettant en scène de nouveaux personnages qui pour certains devenaient ensuite récurrents. Le tout était enchainé de fort belle manière, et participait à la création d’une grande histoier au cours de laquelle on s’attachait et comprenait mieux les motivations du froid tueur Hei ou de l’antipathique Huang.

Lire la suite

Archives

FFenril.Twitter