// vous lisez...

Divers

Japan Expo 2012, Ame & Yuki, Makoto Shinkai, Berserk, que-sais-je encore.

« Quand t’as pas assez de substance pour faire un article, colles-en plusieurs ensemble et fais un patchwork immonde. » – Christiane Haut (Nîmes).

Ce lundi 25 juin commence la frénésie d’évènements otaku qui culminent avec la Japan Expo (5-8 juillet). En effet ce soir est projeté en avant-première internationale le film Okami Kodomo no Ame to Yuki (Les enfants loups Ame et Yuki) à l’UGC Ciné Cité des Halles de Paris et c’est tropbieng. Pour rappel, le réalisateur du film, Mamoru Hosoda, a déjà bossé sur les géniaux Toki wo Kakeru Shoujo (La traversée du temps) et Summer Wars (Sama-wards [oui je vais me cacher]) et la qualité de ses travaux fait qu’on ne peut qu’attendre avec impatience cette séance et se réjouir de la possibilité de découvrir le film en exclusivité.

Fast forward au 3 juillet où Makoto Shinkai sera présent, invité par Kaze pour présenter Hoshi wo ou Kodomo (Voyage Vers Agharta), qui lui n’est pas une avant-première internationale mais reste carrément cool à découvrir. En plus c’est la première fois que Makoto Shinkai vient en France et vu qu’il a déjà indiqué travailler sur son prochain film, il va être occupé et ne pas revenir de si tôt ensuite :)

Et on arrive ensuite à la Japan Expo, où on retrouvera Haruhiko Mikimoto (Gunbuster, Macross), et j’ai même pas envie de vous dire la suite de la liste des invités parce qu‘il y a HARUHIKO MIKIMOTO QUI EST PRESENT.

… Mais par acquis de conscience (et parce qu’ils m’intéressent aussi), on va signaler la présence de Naoki Urasawa (à qui je voudrais bien demander « Monsieur Urasawa, vous êtes capable de faire Monster et Pluto, comment avez-vous pu infliger au monde Happy! ? »), Keiji InafuneKohei Tanaka, Flow (dont le concert aura malheureusement lieu hors de la convention), Moto Hagio, Masao Maruyama (le patron de Madhouse), Tetsuya Tsutsui (Reset & Duds Hunt), Makoto Shinkai (ben oui, aussi), Hemenway (z’avez vu Eureka 7 AO ? Ben c’est eux à l’opening), Momoiro Clover Z (z’avez vu Moretsu Space Pirates ? Ben c’est elles à l’OP/ED), Toshio Maeda, et enfin chez Dybex, un invité non annoncé, Kazuhiro Furuhashi, qui a notamment bossé sur Kenshin et Gundam UC.

Quelle transition fantastique pour moi que de terminer par l’invité Dybex ! Si vous allez sur la page web que ces derniers ont concocté spécialement pour Japan Expo, on trouve une page… « SUPERSTARS ». Où il vous expliquent les trucs trop bien qu’ils auront prêts pour la JE, à savoir FMA:Milos (l’organisation catastrophique de l’avant-première de l’an passé ne doit pas vous faire oublier que ce film est génial), mais surtout, en super gros, le premier film de Berserk, Ougon Jidai-hen 1 : Hao no Tamago (L’âge d’or partie 1 – l’oeuf du conquérant).

On vous informe de toutes les éditions qu’il y aura, des goodies contenus dans l’édition limitée, etc.

Moi je vais vous informer d’une autre chose, qui vous permettra d’économiser de l’argent :

CE FILM EST UNE DAUBE.

Je me passerai de comparaisons foireuses avec la première série TV étant donné que je ne l’ai pas vu et ne peux comparer le travail d’adaptation. Par contre je peux comparer ça au manga, et constater que vouloir caser l’âge d’or (une douzaine de tomes) dans 3 films d’une heure est une très, TRES mauvaise idée. Sauter complètement l’enfance de Guts enlève tout ce qui fait la fondation du personnage, ce qui le résume, pour ce film, à « un bourrin qui se balade avec une grosse épée » (ok, je sais que c’est tout à fait exact, mais quand même). Et la manière dont le film est obligé de passer à toute allure d’un moment clef du manga à un autre pour en couvrir les points importants n’aide absolument pas à donner autre chose qu’un aspect rushé à ce film, qui prend du coup une tournure niaise assez insupportable… parce que forcément, caser toutes les scènes avec la princesse Charlotte presque à la suite dans la seconde partie du film n’est pas forcément une bonne idée.

Voilà. Donc le film est particulièrement décevant dans son déroulement alors qu’il se base sur le coeur du manga, sur son arc scénaristique le plus prenant. Mais bon, c’est Berserk, et on a de bons moments de baston, donc au moins on prend du plaisir devant l’écran…

HAHAHA ! Mais c’était sans compter sur le choix du Studio 4°C d’utiliser de la 3D cel-shadée pas belle de partout ! C’est loupé, simplement. On a l’impression de se retrouver devant un jeu vidéo à la Valkyria Chronicle face à plusieurs scènes de guerre (j’ai regardé le film avec des amis qui m’ont littéralement dit ça), et le pire est qu’on sent une insistance de la réalisation à montrer que cette 3D est utile au travers de plusieurs plans durant lesquels la caméra tourne sans raison autour de personnages immobiles, durant le duel contre Zodd notamment. Soyons honnêtes : il y a des moments où ça ne passe pas si mal, le duel sus-mentionné étant relativement honnête, mais globalement c’est un formidable gâchis.

Du coup quand vous irez chez le stand Dybex, ne leur donnez  pas d’argent pour ça et dites leur de rééditer la série en blu-ray à la place. A supposer qu’elle soit bien. Et achetez le manga.

Sur ce, pour les présents, à ce soir pour le début des « festivités estivales » :) (Et si j’ai oublié des choses / je ne sais pas des choses qui se passent dans les jours/semaines à venir, je veux bien savoir aussi)

Discussion

2 commentaires pour “Japan Expo 2012, Ame & Yuki, Makoto Shinkai, Berserk, que-sais-je encore.”

  1. T’as oublié l’invitée mystère qui sera pas sur le planning jusqu’a 2 jours avant la conv : Shimomura Yoko (Accompagnée de prods de chez square-enix) http://eu.square-enix.com/fr/blog/japan-expo-nos-presentations-et-invites-exceptionnels-du-samedi-7-juillet

    Posté par Mic2070 | 26 juin 2012, 1:03
  2. « CE FILM EST UNE DAUBE. »

    Etouffe toi dans ton vomis.

    Posté par Aer | 26 juin 2012, 2:26

Poster un commentaire

Archives

FFenril.Twitter