// vous lisez...

Animes

Bakemonogatari et Katanagatari : Le dialogue au service (?) du récit

C’est quelque chose qui se sentait particulièrement dans Bakemonogatari, et on aurait pu croire que ça lui était spécifique… Mais non, Katanagatari refait la même chose.

Quoi donc ?

Parler.
Parler.
Parler.
Parler, sans arrêt.

Bakemonogatari, cette histoire de jeunes lycéens se retrouvant face à des événements supranaturels, a été LE grand succès de 2009 en termes de ventes de séries, dépassant même le phénomène K-On! : Il n’a pour l’instant été vaincu chez les animes en ventes de Blu-Ray que par Summer Wars (film), Gundam UC (OVA), et bientôt par Evangelion 2.22 (film). Des ventes record qui montrent bien à quel point le combo réalisateur Akiyuki Shinbô x studio Shaft fonctionne bien ? Oui… Et non. D’après certaines rumeurs courant sur 2ch, des dires même de Shinbô, Bakemonogatari aurait été un succès quel que soit le studio qui prenne en charge la série, parce que le roman était d’une qualité telle qu’il était normal qu’il engendre un tel engouement. Et effectivement : énormément de l’attrait de cette série venait des dialogues inventifs et astucieux entre ses personnages au caractère (très) bien trempé plus que de sa réalisation particulière.

Et il est vrai qu’à voir Katanagatari, série narrant l’histoire de Shichika Yasuri, un « épéiste » se battant avec une technique sans épée (tout un concept) accompagnant sa compère la super-stratège Togame en quête de 12 katanas légendaires, on réalise bien qu’une bonne partie du style de ces deux séries, cette narration de l’histoire presque entièrement liée à du dialogue qui semble parfois n’en plus finir est bien dûe au style de l’auteur des romans originaux des deux séries, NisiOisiN. Cela fait à la fois tout le charme des deux séries très intéressantes, et à la fois, c’est ce qui les rend, par moments… Profondément agaçantes. C’est particulièrement visible en regardant les épisodes de 50 minutes de Katanagatari où, quand deux adversaires sont l’un en face de l’autres, épées sorties, ils… discutent. Et bavardent. Et parlent. Et donnent des infos. Et parlent encore. Et c’était pareil dans Bakemonogatari, constitué d’épisodes entiers de dialogues mi-comiques, mi-révélateurs sur les personnages et qui était quelque part fascinant dans sa capacité à captiver le spectateur ainsi.

Cependant… Là où Bakemonogatari a réussi avec brio à attirer les masses, Katanagatari semble avoir plus de mal. Pourquoi ? Ce que l’on voit d’abord, c’est la différence dans l’aspect visuel. Bakemonogatari avait un graphisme joli, mais que l’on qualifiera de « banal » pour la représentation de ses personnages chara-designés par Akio Watanabe (The SoulTaker et Komugi) d’après les illustrations de VOFAN. À voir les images de la série, on pouvait penser qu’il n’y avait rien de bien neuf sous le soleil… Et c’est finalement au travers de cette réalisation particulière que l’on associe aujourd’hui facilement aux derniers travaux d’Akiyuki Shinbô, par ces plans où la caméra remonte en tournant le long d’un personnage, par ces arrière-plans étranges, par ces flashs d’images où on trouve simplement écrit « red » ou « black », mais aussi finalement par les retards incessants de Shaft (qui n’arrivait déjà plus à finir son animation à temps pour la diffusion TV des épisodes…) Que prenait vie Bakemonogatari.

Katanagatari, au contraire, a pour lui un character design très particulier et intriguant, originellement signé par une illustratrice répondant au doux pseudonyme de Take (qui a travaillé avec NisiOisiN sur ses romans Zaregoto puis le spin-off de Katanagatari, Maniwagatari) et adapté par Tsuyoshi Kawada, un monsieur dont le seul passage au poste de character designer avant cette série était sur Gokujô Seitokai, et qui se débrouille fort bien pour réaliser l’adaptation de ce style particulier pour l’animation. Alors, du tout bon ? On pourrait le croire, mais la réalisation de cette série produite par WHITE FOX n’a pas les particularités de la réalisation de Shinbô, et est on ne peut plus… « Normale » et peu suprenante.

Attention, ce n’est pas que ce soit Akiyuki Shinbô ou Shaft qui manque à Katanagatari (j’ai beau beaucoup aimer le réalisateur, les dernières séries sur lesquelles il a oeuvrées ne sont pas toutes des meilleures, il suffit de voir le Dance with the Vampire Bund simulcasté par Dybex pour s’en convaincre), mais il manque peut-être bien quelque chose d’un peu plus détonnant à la réalisation pour rendre plus vivants à ces longs dialogues. Katanagatari a pourtant une approche intéressante en enchainant les réalisateurs (4 différents pour les 4 premiers épisodes), mais le rendu des épisodes ne varie que trop peu. Le réalisateur principal de la série, Keitaro Motonaga, est pourtant loin d’être un novice (même si School Days ou Akane-iro ni Somaru Saka ne sont pas des références, le premier étant même une rude épreuve pour les nerfs), mais donc cette réalisation « banale » couplée aux longs, très longs dialogues de la série ne la rende pas très engageante une fois le tout animé.

On se retrouve devant de très, très longs plans fixes à voir les personnages bavarder, discuter et faire causette, et contrairement à Bakemonogatari… On a le temps de s’ennuyer, sans aucune bizarrerie visuelle à voir, mais aussi, au final, avec moins d’inspiration et d’ingéniosité dans les dialogues. Et ça ne s’arrange pas : Les scènes d’action sont (très) courtes et vraiment peu impressionnantes sur les premiers épisodes : Pour des scènes censées être le climax des 50 minutes, c’est à chaque fois une petite déception.

Alors peut-être que tout cela est-il simplement dû… À une moins bonne qualité des light novels originaux ? Il faut savoir que si les light novels Bakemonogatari sont au nombre de deux, sortis en 2006 (suites et préquelles Nisemonogatari, Kizumonogatari et bientôt Nekomonogatari et Kabukimonogatari non incluses), Katanagatari fait douze tomes… Qui ont été publiés en seulement un an au rythme d’un tome par mois (!), de janvier à décembre 2007, et sont donc adaptés au rythme d’un épisode par light novel. La compression d’un light novel en 50 minutes est-elle difficile ? La quantité a-t-elle été privilégiée à la qualité ? Espérons que non, car la série, avec son schéma « une heure, un ennemi, un katana » donne tout de même l’impression d’un concept qui va rapidement s’essoufler… Avec la patience des spectateurs.

Si le projet Katanagatari reste intéressant (même s’il a la poisse), son format, si intriguant (12 épisodes de 50 minutes à raison de un par mois) est peut-être au final son pire défaut : Chaque mois, c’est à chaque fois la même question, ai-je vraiment de nouveau envie de continuer ce voyage et de passer une heure de plus avec Shichika et Togame…? Dans tous les cas, si l’épisode 4 était agréable et surprenant dans son déroulement (en se jouant superbement des attentes du spectateur), il faut bien avouer l’arrivée du prochain épisode n’est pas à moitié aussi excitante que les dernières nouvelles du dernier épisode très très très (très) en retard que Shaft doit terminer pour conclure Bakemonogatari, et est loin de créer pareil engouement chez les otakus.

Quoi qu’il en soit, voir ces séries adaptées des light novels de NisiOisin donne envie de découvrir plus l’auteur. Ca tombe bien,  son roman side-story à Death Note, Another Note devrait paraître en septembre en France, et il sera intéressant de voir si sa tendance à donner à ses personnages de longues tirades se ressent autant dans un travail d’adaptation (À noter qu’il a également travaillé sur un roman side-story du xxxHOLic de CLAMP, ANOTHERHOLiC Landolt-Ring Aerosol). En attendant, de voir un jour une traduction de ses romans, ou une nouvelle adaptation de ses oeuvres, comme par exemple de ses light novels Zaregoto… Au vu de la popularité des adaptations des oeuvres de l’auteur en ce moment, ne serait qu’une demi-surprise.

Les phrases interminables de cet article sont là exprès pour faire écho au style des deux séries. Si, si.

Discussion

15 commentaires pour “Bakemonogatari et Katanagatari : Le dialogue au service (?) du récit”

  1. […] This post was mentioned on Twitter by Darkoneko Hellsing, FFenril. FFenril said: FFenril.info : Bakemonogatari et Katanagatari : Le dialogue au service (?) du récit http://bit.ly/bCi6sJ […]

    Posté par Tweets that mention Bakemonogatari et Katanagatari : Le dialogue au service (?) du récit | FFenril.info -- Topsy.com | 20 mai 2010, 14:08
  2. Hoho, le dernier alt-text. Allez je table pour le prochain billet : K-On!! et vacuité avec du « FMP!4 WHERE? » en alt-text.

    Posté par Smankh | 20 mai 2010, 14:09
  3. @Smankh > Je préfère largement K-On!! à la première série, c’est plaisant, ça cause un peu de musique et (pour l’instant) ça ne s’est pas répété. Bon après ça reste K-On!! hein ~ Et j’ai pas besoin de ça pour me plaindre pour FMP! ^^

    Posté par FFenril | 20 mai 2010, 14:27
  4. Pour ma part, malgré un contraste très net dans les graphismes de ces 2 séries, je suis complètement fan de celui de Katanagatari. Je ne saurai l’expliquer mais ce design sort de l’ordinaire et ce peut être ca qui me plait.
    Ensuite même si je n’ai vu que les 3 premiers, je me suis mois ennuyé que lors de certaines scène de Bakemonogatari qui sont il faut l’avouer, volumineuses en informations.
    Mais je suis complètement d’accord avec toi, j’espère aussi que les prochains épisodes seront riches en scènes de combat.

    Posté par Dax | 20 mai 2010, 15:37
  5. Un beau titre, mais après avoir bien présenté ces animes, tu n’entres pas vraiment dans l’analyse. Le dialogue étouffe l’action ou la supplée-t-il etc ?
    La fin de l’épisode 4 de Katanagatari me semble emblématique d’une esthétique que le spectateur lambda pourrait trouver un peu WTF mais qui mérite qu’on s’y arrête…

    Posté par le gritche | 20 mai 2010, 16:27
  6. Déjà dans Bakemonogatari (un anim que je n’arrive pas à décider si il me plait ou non) certains passage étaient assez limite mais il y avait l’ambiance, les histoire et un peu d’action pour contrebalancer tout ça. Mais là d’après ta review, je crois que je vais pas tenter l’aventure -_-

    Posté par locogitatio | 20 mai 2010, 18:47
  7. […] Shaft… continue à faire du Shaft. Parfois, cela donne un bon résultat – dernièrement Bakemonogatari – et parfois un beau ratage. Pourtant, cet anime commençait bien, intriguait le […]

    Posté par Avis sur mes Derniers Animes (21) « Le Blog Carambar | 20 mai 2010, 18:47
  8. Personnellement, je pense que ce sont les dialogues qui rendent meilleur Katanagatari, car (du moins dans les 3 premiers épisodes, on a quand même bien 40-45 minutes de dialogues et puis sur les 5 dernières minutes, on nous balance un espèce de combat avec Shichika (qui pour moi est franchement intéressant car c’est un sabre personnifié) assez voir carrément génial, donc le fait que pendant 30 minutes on est du dialogue purement inutile nous fait franchement apprecié les 5 dernières minutes. C’est pour ça que j’aime BEAUCOUP Katanagatari

    Et puis quand même Shichika, j’aimais bien le héros de Bakemonogatari, mais il est 10 000 fois plus épique.

    Posté par Umi | 20 mai 2010, 20:09
  9. Bah, on n’a pas attendu NisiOisiN pour avoir des séries très verbeuses et de même les combats courts sont parfois les plus impressionnants (cf. Vagabond).

    Non, le souci de Katanagatari, c’est qu’il ne se passe vraiment rien et qu’on se fait à moitié chier (pour être sympa). L’atout de Bakemonogatari était sa réalisation tellement cheep qu’elle avait un caché (un peu comme Blair Witch si on veut) et que du coup la narration passait à l’as pour l’intérêt de la série.

    Katanagatari est techniquement trop propre pour son malheur.

    Posté par Afloplouf | 20 mai 2010, 20:13
  10. Ça fait du bien une série bavarde aussi, au lieu des cris incessant qu’on peut voir lors des combats dans d’autres animes. Mais ca passe bien si le scénario n’est pas le même d’épisode en épisode, ce qui est le cas pour l’épisode 2 et 3! Mais il se sont bien rattrapées sur le 4 et si ils fournissent à chaque fois de belle surprises comme celui-la moi ca me vas!

    Mais c’est sur qu’une bonne réalisation à la shaft aurait fait du bien pour occupé le cerveau pas uniquement par la lecture, parce que qu’on se croit à une radio de temps en temps!

    Posté par Kori | 20 mai 2010, 22:02
  11. […] à FFenril et son dernier billet [->] pour […]

    Posté par Hourai Neetwork - NEET Sign 「Imperishable Blogging」 » Combien de personnages de Bakemonogatari faut-il pour changer une ampoule ? | 21 mai 2010, 2:36
  12. Mouais, comparer Bakemonogatari à Katanagatari, c’est aussi crédible que de comparer Baccano! à Durarara!! :v
    Puis une oeuvre comme Katanagatari n’a guère besoin d’effets shinboesques ni de réalisation particulière, ça dénaturerait l’oeuvre.

    Posté par kyouray | 21 mai 2010, 9:14
  13. @ kyouray:

    Ouais.

    Posté par le gritche | 21 mai 2010, 13:37
  14. Pas d’accord sur le fait que le succès aurait pareille si c’était un autre studio que SHAFT pour bakemonogatari. On le voit rien qu’à la particularité du studio à rajouter des transitions ou ses aspects berluesques qui collent merveilleusement à l’oeuvre. Personnelement je vois mal bakemonogatari dans les mains de Madhouse ou J.C Staff. SHAFT à bien compris leur style de manga ou de light novel qu’il vise que se soit pour Sayonara Zetsubou Sensei ou encore Arakawa Under The Bridge (qui est aussi une franche réussite).

    Après je suis un grand fan des oeuvres de SHAFT ainsi que de bakemonogatari alors NON, SHAFT ne pouvais pas tomber mieux pour ce type d’histoire pas quelqu’un d’autres.

    Posté par ArrowSilver | 15 juin 2010, 12:56
  15. […] Shaft… continue à faire du Shaft. Parfois, cela donne un bon résultat – dernièrement Bakemonogatari – et parfois un beau ratage. Pourtant, cet anime commençait bien, intriguait le […]

    Posté par Avis sur mes Derniers Animes (21) | Le Chapelier Fou | 31 octobre 2010, 18:17

Poster un commentaire

Archives

FFenril.Twitter