// vous lisez...

Reviews

Mobile Suit Gundam : Awakening, Escalation, Confrontation (roman)

En 1979, Yoshiyuki Tomino réalisa une série nommée Kidô Senshi Gundam, qui narrait l’histoire d’un conflit futuriste où étaient introduites des armes humanoïdes géantes, les Mobile Suits. Cette série se démarquait du genre très populaire des animes de Super Robots (Mazinger Z) de l’époque, réduisant le robot à une arme utilisée lors de guerres sordides et pas à une entité surpuissante sauveuse de l’humanité d’un savant extraterrestre fou à chaque épisode.

Gundam a donc été la genèse d’un genre, ainsi que de la populaire méta-séries s’étant depuis étendue à des univers et idées bien différentes de celle de Tomino à la base, de G Gundam au dernier Gundam 00 en passant par le plus (pour certains, tristement) célèbre en France, Gundam Wing.

Ce qui est moins connu, c’est que Tomino, n’étant pas satisfait de la série Gundam qui avait été réalisée, en a écrit une nouvelle interprétation, ce qui a donné peu de temps après la diffusion de la série originale trois romans. Attention, pas un light novel comme on en voit énormément dès qu’on parle d’animes ces dernières années, mais bien de bon gros romans de science-fiction. Ces romans ont été traduits en 1991 aux Etats-Unis, et ont été réédités en 2004 sous la forme d’un seul livre compilant les trois romans successifs.

UC (Universal Century) 0079. Dans un futur proche, une guerre fait rage entre la Fédération Terrienne et les forces rebelles des colonies spatiales se proclamant « Principauté de Zeon ». Les armes les plus terrifiantes de cette nouvelle re sont des véhicules robotiques connus sous le nom de Mobile Suits, des géants de métal blindés et disposant de la puissance de feu de vaisseaux de combats. Lorsqu’un jeune soldat, Amuro Ray, devient le pilote du Mobile Suit Gundam, la nouvelle arme de la fédération, il découvre que les machines seules ne seront pas le facteur décisif de la résolution du conflit. L’humanité est à l’aube d’une nouvelle évolution, et le futur (si l’humanité a un futur) pourrait bien appartenir aux Newtypes…

Bienvenue dans la guerre dépeinte dans ces romans Mobile Suit Gundam : Awakening, Escalation, Confrontation (Éveil, Escalade, Confrontation).

Moeagare, Gundam!

Le roman Gundam se pose d’emblée, dès les premières pages, comme différent de la série dont il est inspiré. Si les premiers évènements de l’histoire sont similaires, on trouve dans le roman un Amuro déjà soldat au début de l’histoire, et on a affaire à une histoire bien plus adulte et non pas axée dessin animé pour tous. Mais les différences ne se posent pas simplement à ce niveau, bien au contraire. Dans sa narration, ce roman expose son histoire d’une manière totalement différente de la série. Si dans l’anime, le spectateur suit les aventures d’Amuro Ray et son groupe (« les héros ») lors de leur bataille contre Zeon dont l’as Char Aznable (« les méchants »),  le roman est constamment narré des perspectives opposées de deux héros différents : Celle d’Amuro Ray, jeune soldat de la Fédération Terrienne, et celle de Char Aznable, as de la Principauté de Zeon.

Ce roman Gundam n’est pas une histoire de robots qui se tapent les uns sur les autres dans un festival d’explosions et d’effets spectaculaires. C’est l’histoire d’une guerre sordide, entre deux camps opposés qui s’opposent des soldats luttant simplement pour leur survie et sûrement pour leurs patrie et leurs gouvernement corrompus, où chaque combattant se demande avant de partir en mission s’il reviendra un jour. La dualité des points de vue des deux héros, Amuro et Char, rend cette description de la guerre encore plus frappante : La mort frappe des deux côtés, blesse les hommes des deux côtés, anéantit des êtres aimés des deux côtés… Et la question est posée, l’humanité pourra-t-elle un jour changer et permettre aux hommes d’atteindre un état de compréhension mutuelle empêchant de tels conflits?

Et ici se trouve le second aspect du roman. Dans Gundam, l’humanité, en allant dans l’espace, a commencé une évolution. Cette évolution n’est pas clairement établie, aucune définition de ces humains évolués n’existe… Et pourtant, ces Newtypes sont de plus en plus évoqués au centre de cette guerre. La capacité anormale d’Amuro a piloter incroyablement bien le Gundam pour un soldat inexpérimenté, l’instinct de Char, les intuitions qu’ils ont… Et si tout cela faisait partie de cette évolution que tente d’expliquer le terme Newtype? La seconde facette de ce roman vient donc de l’intégration de ce concept de « Newtype » à l’histoire. Les héros de Gundam sont, comme il est très rapidement expliqué, des personnages ayant un potentiel de Newtype… Et pendant tout le roman (et en fait pendant toute la méta-série Gundam se déroulant dans l’UC), la question semble posée : Même si de nouveaux humains, capables de mieux se comprendre, venaient à apparaître… Leurs capacités supérieures ne seraient-elles pas exploitées par d’autres pour la guerre? La destruction n’est-elle pas dans la nature de l’humanité? Les mots centraux, prononcés plusieurs fois par les personnages de ce romans sont « Mon dieu, qu’ai-je fait »…

Faut-il découvrir ce roman Gundam? Oui, absolument. Si quelques défauts mineurs viennent tâcher le beau tableau qui vient de vous être décrit, à commencer par certaines idées présentées comme évidentes mais néanmoins perturbantes (comme la mention d’une superstition fort étrange entre les soldats) ou des descriptions de relations entre les personnages parfois étranges (notamment féminins, Tomino semblant souvent, et pas que dans ce roman, avoir une vision des femmes bien étrange), ils ne sont… Que cela, des détails.

Cette autre vision, peut-être meilleure que l’originale, de l’oeuvre fondatrice de la saga, décrivant une histoire véritablement différente et originale comparée à la série dont elle est issue, devrait être lue par tout fan qui se respecte, ou par toute personne intéressée par ce qui a été la genèse d’un phénomène durant depuis trente ans. Le format de roman permet en tout cas à Tomino de développer son concept de Newtype bien plus qu’il n’a pu être développé dans les diverses séries Gundam, donne énormément d’informations sur l’univers, et fournit également au connaisseur de l’inédit en introduisant de nouveaux personnages et de nouveaux évènements.

Pour cet univers si complet et captivant, pour le concept de Newtype, pour le suspense de ce roman, pour cette excellente oeuvre… Même avec 30 ans de retard, on peut le dire : Monsieur Tomino, chapeau.

Discussion

5 commentaires pour “Mobile Suit Gundam : Awakening, Escalation, Confrontation (roman)”

  1. mince, moi qui pensait que le roman de gundam c’était Starship Trooper, je suis desu desu desu.

    Posté par 天災流川 | 9 février 2009, 18:38
  2. Tiens donc, ça m’intéresse ça, merci de l’information, je vais essayer de lire ces romans.

    Amuro déjà soldat, ah tiens, j’ai hâte de voir ça ^^.

    Allez Skouetch, out !

    Posté par Smankh | 9 février 2009, 21:18
  3. Une ambiance cyberpunk… mouais, c’est un des genres de la SF qui me plaît le moins après c’est un effectivement un incontournable. Allez, une ligne de plus sur mon interminable To Read List.

    Posté par Afloplouf | 9 février 2009, 22:40
  4. Est-ce que c’est correctement écrit? Je veut dire, c’est mieux qu’un pseudo-roman starcraft vendu à 5 euro? Le style c’est important. Si c’est intolérable, même les meilleurs idées sont insupportables…

    Posté par ZeusIrae | 21 février 2009, 14:00
  5. Oui (même si le style est un peu zarb à la base, on s’y fait plutôt rapidement) sinon ça ne vaudrait pas le coup, c’est sûr ~

    Posté par FFenril | 3 mars 2009, 13:16

Poster un commentaire

Archives

FFenril.Twitter