// vous lisez...

Animes

Tokyo Marble Chocolate

Il y a tellement d’animes racontant des histoires d’amour. Kanon, Clannad, Love Hina, Kimi ga Nozomu Eien (*Des cauchemars viennent rien qu’en y pensant*), Honey and Clover, Ichigo 100%, ef – a tale of memories, Byôsoku 5cm, Shuffle!… Sont au pif, les premiers noms qui me viennent à l’esprit.
… Mais en virant les harems, il en reste tellement peu. De la liste ci-dessus (remplie au pif avec les premiers noms qui me sont venus à l’esprit), resteraient KGNE, H&C, ef et Byôsoku 5cm.
KGNE est spécial (si vous ne l’avez pas vu allez regarder au moins les 2 premiers épisodes *sans vous renseigner dessus auparavant*), donc on vire. ef, même si fort bon, joue une bonne partie de son drame en jouant non pas sur ce que ressentent les personnages mais sur ce qui a pu leur arriver. Puis l’histoire de Chihiro est spéciale. On vire. Restent ici Honey and Clover et Byôsoku 5cm pour les histoires d’amour crédibles (A savoir que ce sont celles qui auraient le plus de chances d’exister *réellement* et d’arriver à n’importe lequel d’entre nous. « Nous » ne voulant pas dire « les otakus », faut pas exagérer non plus)
Y en a-t-il tellement d’autres? Si ma connaissance et limitée et mon envie de faire des recherches également (y compris dans ce que j’ai vu), il est fort rare de trouver des histoires d’amour où le héros n’est pas un aimant à filles (exit Love Hina et compagnie), n’est pas dans une situation surréaliste ou change d’avis 10 fois dans la série… (exit Video Girl Ai ou I »s)…

tokyo_marble_chocolate.jpg

Cette énorme introduction pour amener le sujet : Tokyo Marble Chocolate, qui narre une de ces rares histoires. Produit par Production IG et réalisé par Naoyoshi Shiotani (déjà réalisateur du sublimissime OP3 de Blood+) L’originalité de ces 2 OAVs se situe dans le fait qu’elles narrent exactement la même histoire au même moment, le même point tournant dans une histoire d’amour… Mais de deux points de vue différents : Celui du garçon Yûdai, qui se définit lui-même comme un lâche bon à rien… Et celui de la fille, Chizuru.
Et cette originalité fait presque toute la différence.

Zenryoku Shônen narre l’histoire comme on a l’habitude de la voir : On a un protagoniste un peu pas doué, qui fait de son mieux pour se déclarer à la fille avec qui il sort depuis déjà un moment.
Mata Aimashô narre donc la même histoire. Mais du point de vue que l’on oublie habituellement complètement. De la fille, de ses problèmes et ses doutes à elle… Et ça peut paraître tout bête, mais cela permet véritablement de donner l’impression de vivre et comprendre l’histoire d’amour jouée sous nos yeux.
Evidemment les OAVs ne consistent pas simplement à passer 2 fois la même vidéo d’affilée, et les deux se complètent très bien et se répètent au final bien moins que l’on ne peut le craindre en voyant quel est le concept appliqué ici.

tokyo_marble_chocolate2.jpg

Mais Tokyo Marble Chocolate n’est pas un chef d’oeuvre non plus. Côté technique rien à dire, c’est (très) bien animé et (très) joliement dessiné. En revanche, on peut regretter légèrement de ne pas tout à fait tout savoir au bout de 2 « loops »… Et de, malgré tout, ne pas comprendre toujours les personnages (l’héroïne à la fin, même alors que l’on vit l’histoire de son point de vue) ou de les trouver un peu trop bêtes dans leurs raisonnements… Ce à quoi il faut ajouter que le scénario, qui même s’il fait s’entrecroiser astucieusement les deux personnages et rend les OAVs intéressantes… est trop simpliste. Trop de coïncidences, malheureusement en plus trop clichées et prévisibles (devinez qui va arriver quand une ex-petite amie se pointe à l’improviste?) font se dire que… C’est (très) bon, mais il manque la cerise sur le gateau.

En tout cas, à défaut d’être ces cerises sur le gateau, les deux chansons thèmes des OAVs, Zenryoku Shônen et Mata Aimashô d’après lesquelles sont nommées les OAVs donnent en tout cas des scènes finales fortes et excellentes à la conclusion de Tokyo Marble Chocolate, OAVs à voir et essayer d’apprécier sans chercher trop loin… Car ne vous fiez pas au paragraphe de reproches ci-dessus, s’il y a une chose que Tokyo Marble Chocolate prouve c’est qu’il n’y a pas besoin d’une histoire torturée ou grandiose pour toucher… Et dans sa simplicité, cet anime touche au coeur… Le bout d’histoire d’amour qui nous est narré étant très, très joli. A voir.

Discussion

5 commentaires pour “Tokyo Marble Chocolate”

  1. Tu as oublié Kare Kano dans ta liste, et c’est impardonnable…

    J’accorde que le manga est nettement supérieur (l’anime ne sert à rien à partir de l’épisode 18, puisqu’on entame juste une histoire incomplète)

    Posté par Iznogoud | 1 mars 2008, 12:20
  2. JE TROUVE LES SITUATIONS DE VIDEO GIRL AI D UN TRES GRAND REALISME QUI NA PAS VECU AU MOINS UN DES ELEMENT DE CE MANGA? TOUT LE MONDE UN JOUR OU LAUTRE CERTAINEMENT LE MEILLEUR MANGA DE ROMANCE QUI EXISTE ET TRES DIFFERENT DE I »s c ‘est dommage que certains ne le lise pas a cause de son âges ils perdent une merveilles même kimi ga nozomi eien est beaucoup moins choquant et touchant qu’un volume de video girl ai il faut dire que takayuiki est très loin du charisme et de la sensiblerie d’un yota aussi et ça change tout!

    Posté par hana | 2 mars 2008, 0:06
  3. en plus katsura aborde de serieux fait de societé dans vga rarement abordé avec autant de puteurs ! bref vive video girl ai un des meilleur manga qui existe et mon premier!

    Posté par hana | 2 mars 2008, 0:08
  4. I am your Audiosurf rival.
    You certainly are all over Google. Let me get this straight; your 19, French, an anime nut, and you just can’t let me have the high score… You must have absolutely no life whatsoever. Are you a virgin? (rhetorical)

    Posté par dwarschun | 8 mars 2008, 4:41
  5. C’est petit comme vengeance, haha.

    Audiosurf, serious business. Tu te fais même traquer.

    Posté par MLA-Kun | 25 mars 2008, 14:43

Poster un commentaire

Archives

FFenril.Twitter