// vous lisez...

Mangas

Bokurano (manga)

bokurano2.jpg

15 enfants partis ensemble dans un camp d’été tombent, en visitant une grotte de l’île sur laquelle ils se trouvent, sur un plusieurs ordinateurs… Et un homme, Kokopelli, qui leur propose de faire un jeu, dans lequel le but est de sauver la Terre de la destruction. Les enfants s’enregistrent tous pour y jouer à l’exception de la plus petite, Kana Ushiro… Et ils se réveillent tous un peu plus tard sur la plage en se demandant s’ils n’ont pas tous rêvé la même chose. Cependant, Coemushi (« Dung Beetle » : Scarabée bousier @wikipedia…), un petit « appareil » apparait devant eux, et ils se retrouvent dans un énorme robot que dirige Kokopelli, qui leur fait une démonstration de leur objectif : Battre les autres robots qui apparaitront. Cependant l’affrontement ne passe pas inaperçu et cause des dégats sur la surface. A la fin du combat, Kokopelli disparaît, et les enfants n’ont plus d’autre choix que de diriger ce robot pour sauver la Terre…

Le résumé est trompeur. TRES trompeur. Bokurano n’est PAS un manga/anime de méchas dans lequel on s’extasiera devant les belles mécaniques, le cool ou le design de ceux-ci, et où les pilotes et rivaux apparaîtront les uns après les autres. Bokurano est l’histoire de 15 enfants amenés à payer le prix et à devoir se battre pour la survie de leur monde.

Lisez la suite UNIQUEMENT si vous avez fini le chapitre 7 du manga (début du volume 2) ou vu l’épisode 4 de l’anime (à moins que ça ne vous embête pas de vous faire spoiler de 4 épisodes…) mais sachez que c’est mon coup de coeur du printemps et que je conseille vivement le manga ~

bokuranov01.jpg

Un robot dirigé par les pensées pour sauver la Terre? Ca sonne tellement bateau… Jusqu’à ce qu’on s’aperçoive du prix. Les enfants doivent piloter le robot tour à tour… Et mourir après. C’est aussi simple que ça : Lorsqu’ils ont vaincu leur ennemi, ils meurent. Sils ne vainquent pas leur ennemi, ils meurent, et leur planète avec.

On est donc en fait face à une espèce de Battle Royale… Dans laquelle tous les participants sont sûrs de mourir. Brillant, le manga développe à chaque fois le personnage qui va piloter le robot. Celui-ci est designé arbitrairement, et ne peut pas échapper à son destin… Et ainsi on observe ainsi la réaction de chaque enfant face à cette perspective de mort proche. Certains complètement paniqués, d’autres plus ou moins indifférents… Et en faisant cela le manga développe à chaque fois leur vie, ce qui a fait d’eux ce qu’ils sont et en rend certains déterminés ou pas.

Si évidemment les histoires de tous les personnages n’ont pas toutes le même intérêt (les chapitres de Yousuke Kirie m’ont endormi…), la plupart sont développées et exécutées avec brio : Que le personnage aie vécu des choses dififciles dans son enfance, récemment ou soit normal mais aie juste peur de mourir, ou se rende compte qu’il ne pourra jamais réaliser une promesse qu’il a faite pour le futur… Tous ces éléments font de Bokurano une histoire à la fois poignante et déchirante : Attachez vous à un personnage… Et vous savez qu’il rencontrera tôt ou tard sa fin.

Bokuranov02.jpg

Commencé en 2004, les chapitres de Bokurano sortent au rythme d’un par mois, et pour l’instant… 41 sont sortis, 10 enfants ont piloté Zearth, le robot, et une 11ème est en train de le faire… Ce qui signifie que l’anime ne pourra montrer la fin du manga. Pire, l’anime étant réalisé par Gonzo, des « améliorations » de scénario sont possibles… Et déjà commencées : Ainsi Coemushi n’apparait pas dans l’épisode 1 de l’anime avec Kokopelli (alors qu’il est dès le départ présent dans le manga), des chaises ont été changées (Le lit de Maki devient une chaise à bascule, du coup Kana ne s’assied plus avec elle mais sur un bout du canapé d’Aiko, qui a un pouf dans le manga…) Bref des changements complètement inutiles, mais qui font peur pour la suite… Surtout que l’épisode 3 est entièrement constitué de passages prenant quelques pages dans le manga… Alors, une histoire pas terminée (à la Higurashi) et continuant après ou une fin inventée? On ne peut que prier pour la première option…

Toujours est-il que Bokurano est jusque là une très bonne histoire, reste à espérer que la fin du manga sera à la hauteur (Bah oui, finir une histoire sans les personnages principaux, c’est difficile… Et certains scénaristes n’y arrivent pas, voir Mai-HiME…) Mais au vu de la qualité du reste du reste du manga, il n’y a probablement aucun souci à se faire.

Discussion

13 commentaires pour “Bokurano (manga)”

  1. Pour ma part, je trouve ce type d’histoires atrocement malsaines. J’arrive pas à comprendre le plaisir que l’on peut ressentir à suivre une telle mise en scène de la mort, encore plus quand on y met en scène des enfants. Ça me dépasse totalement, mais je dois pas avoir tout à fait le même rapport que vous autre avec ce sujet là… Bref.

    Posté par Goldy | 2 mai 2007, 3:04
  2. ce n’est pas un manga à mettre dans toutes les mains^^
    Pour la version Fr, il y en a une faite par la team Iscariote:
    http://www.iscariote.org/serie.php?idmng=114

    Posté par tatchan | 2 mai 2007, 12:52
  3. Mouais, bon article de fan impulsif, mais tu sembles oublier leprincipal, FFenril : l’auteur, Mohiro Kito n’en est pas à ses débuts. Il est notamment célèbre pour avoir commis « NaruTaru », cet animé maudit dont le nom suffit à faire frémir le Raton lui-même.
    Je dis « maudit » parce que sa parution (que ce soit pour au Japon ou en France) a causé pas mal de soucis pour son éditeur. Si le graphisme, avec ses persos anorexiques porte plutôt à penser qu’il s’agit d’une oeuvre pour enfants, le scénario diabolique tend plutôt vers « Sa Majesté des mouches » (pour ceux qui l’on lu, pour les autres, ne cherchez pas à vous renseigner sans avoir préalablement vendu votre âme au diable en personne).
    En clair, le monsieur est un accoutumé des tromperies psychologiques qui font mal au yeux, des scènes de violence infantile qui ferait passer « Hakuto no Ken » pour un Bisounours et des détails qui tuent littéralement. Le tout associé à un bon réalisme au niveau de l’univers développé. On comprend mieux pourquoi Gonzo a pris des pincettes avec le scénario. ils ont du se réserver le droit de modifier la fin de la série à leur convenance « au cas où » et je les comprends très bien.

    Bref, si les détails changés sont ridicules et sans intérêt (« pour l’instant », me souffle-t-on), c’est probablement une faute volontaire de Gonzo et personne ne peut les blâmer pour cela.

    Posté par QCTX | 2 mai 2007, 16:17
  4. Et pour rebondir à ce que dit QCTX sur gonzo, pour ceux qui n’auraient pas vu narutaru, regardez juste l’opening :

    http://www.youtube.com/watch?v=SIF5BLyh3Mk

    Et dites-vous qu’à la fin de ça, on assiste à deux viols, dont un entraine la mort de la victime par perforation de la parois abdominale (en passant par l’utérus), une décapitation (enfin, c’est plus la tête qui est coupé en deux a vrai dire), une défenestration, plusieurs démembrements, et tout ça ne serait pas drôle si ce n’était pas des enfants…

    Bref, c’est vraiment la seule fois où j’ai été vraiment choqué fasse à un anime, car le fond ne suffit pas à justifier la forme, a peine réussit-il à justifier de montrer des enfants se faire massacrer, qui doit-être quelque part la finalité que l’auteur cherche à atteindre.

    Enfin, c’est mon point de vue.

    Posté par Goldy | 2 mai 2007, 16:48
  5. PS : Pour ceux qui tiennent quand même a se faire une idée de l’atrocité des oeuvres du monsieur, le site de scan-trad Iscariote en propose un bon aperçu avec des histoire courtes : http://www.iscariote.org/serie.php?idmng=137
    Bien entendu, comme l’a fait remarquer tatchan plus haut, ils traduisent aussi Bokurano.
    Welcome to Hell !

    Posté par QCTX | 2 mai 2007, 17:07
  6. J’avais cru comprendre que l’auteur était déjà connu pour certains bouquins, je regarderai ça donc :o

    Posté par FFenril | 2 mai 2007, 18:04
  7. Bokurano est terrible.Tout simplement terrible.Quoique ce que j’apprend sur la fin de NaruTaru(je n’ai lue que les 5 premiers volumes) me fait fremir.

    Kito est tordu c’est sur mais là il avait du atteindre le maximum.

    Posté par ZeusIrae | 3 mai 2007, 18:57
  8. Parfaitement d’accord avec Goldy et QCTX vous a prévenus : l’auteur est complètement chtarbé et ses mangas sont de la lie. C’est pervers, dérangé, obscène.
    C’est l’une des plus belles erreurs de Glénat, qui a commencé à éditer NaruTaru en France avant de freiner des 4 roues aux alentours du second volume (paraîtrait qu’ils ont aussi sorti le 3), réalisant l’horreur de la situation. On croit se trouver face à du Pokémon, la forme est moche et menteuse, car c’est du horror manga dégénéré.
    Il n’y a rien à sauver, on parle de « retournements scénaristiques » alors qu’il ne s’agit que de délires ajoutés pour justifier une suite ou même une fin (celle de NaruTaru est un exemple d’improvisation folle et en dérapage pas du tout contrôlé).

    Au Japon, on a une vision moins manichéenne des histoires pour enfants, où le méchant et les gentils ne sont pas forcément évidents et où les méchants peuvent être vraiment méchants. Mais ce que fait cet auteur n’a rien pour les enfants, pour les ados, pour les adultes. C’est tout simplement de la crasse.

    Ce sont les avantages de vivre à l’autre bout du monde : au moins, ce genre de saloperie n’arrive pas dans nos bibliothèques.

    Posté par Raton-Laveur | 4 mai 2007, 18:36
  9. Mmmm, c’est pas pour dire, mais au bout de quatre épisodes, on a eu droit, à la fille du PPDA local, à la fille du vieux député indéboulonnable, au fils du gros PDG de service. Donc pour l’instant, on a surtout pas mal de gosses de bon gros bourges des familles (auquel cas, l’auteur a bien raison: kill them all :D )

    Posté par Nix | 13 mai 2007, 2:49
  10. Je suis d’accord avec Raton-Laveur l’auteur est un peu chtarbé!

    Mais j’en suis au 24ème chapitre de bokurano et je peux dire que la psychologie est intéressante.

    Il y a des enfants qui prennent ça très bien d’autres complètement chtarbé et d’autres qui sauvent la vie à d’autres personnes…

    L’auteur met un peu en jeu toute la psychologie humaine devant la mort.

    Je n’est jamais lu Narutaru et après avoir lu ce qu’a dit goldy je vais dire que j’ai lu des bouquins plus gore et vu des choses dans la vie réel plus gore que ça en regardant des média qu’avait oublier que des enfants regardaient la télé…

    Et Raton Laveur tu n’a surement pas du lire toute nos bibliothèques.
    Et oui en allant pas bien loin il y a CA de stephen king ou des enfants se font un peu arracher les bras…

    Posté par Waylander | 23 mai 2008, 23:04
  11. Personnellement, j’ai adoré Narutaru et Bokurano; je ne les ai pas trouvé si terrible que ça.
    Certains hentai sont bien plus gore.
    D’ailleurs je suis également une fan incontestée de Stephen King…

    Franchement, la réalité est souvent bien pire que les manga de Mohiro Kitô.

    Posté par Babylove | 21 juin 2008, 20:08
  12. […] d’autres blogs : ¤ FFenril.info This entry was posted in Manga and tagged KITOH Mohiro. Bookmark the permalink. ← Blue […]

    Posté par Bokurano | MAZ | 15 mai 2011, 11:39
  13. […] d’autres blogs : ¤ FFenril.info Ce contenu a été publié dans Manga, avec comme mot(s)-clef(s) KITOH Mohiro. Vous pouvez le […]

    Posté par Bokurano | Le Donjon des Androïdes | 2 avril 2013, 23:23

Poster un commentaire

Archives

FFenril.Twitter