// vous lisez...

Animes

[Noël 2013] Anisons & Animes

Après une folle année de blogging (littéralement 2 articles qui se battent en duel), c’est l’heure de l’annuel projet de Noël !

(Noël 2010, Noël 2011, Noël 2012)

honoka_christmas_live

Le sujet cette année est, je cite, « MUSIC♪&アニソン (musique♪ et anime song pour les non-japonisants) ».

Les billets des copains qui participent au projet : Amo, Axel, Exelen, Sheba.

Allons-y.

Dans la japanime, ce que je préfère, ce sont les génériques.

C’est exagéré, mais ce n’est pas si faux non plus.

Quelque chose qui m’avait très agréablement surpris quand j’ai commencé à regarder des animes est le fait que les génériques étaient souvent composés de séquences et d’images nouvelles, et pas d’un ramassis d’extraits de la série comme ceux auxquels on avait le droit en France. Une bonne dizaine d’années à en regarder plus tard, je connais les génériques, séquences cool, etc… de pas mal de séries que je n’ai pas vu et ne verrai jamais.

Soyons un peu plus précis : Mes séquences préférées, bien souvent, sont les séquences où musique et images vont de pair, chose que les opening, endings, et diverses scènes font fort bien à l’intérieur de l’animation japonaise. Mais ça va au delà des animes : Pirates des Caraïbes 3 a par exemple dans son trailer (et uniquement là) une scène géniale où la musique matche les coups d’épée que ceux donnent Jack Sparrow et Davy Jones.

J’ai parlé relativement souvent de JAM Project ici, et en tant que fan inconditionnel je me dois de signaler que le groupe représente une bonne partie de ce que j’aime dans les anisons, de par le fait qu’ils ont contribué individuellement à plusieurs des meilleurs génériques du monde : DragonBall, Utena, Busô Renkin, GaoGaiGar, One Piece, The SoulTaker… Paradoxalement, les meilleures chansons de JAM Project ont été faites pour des jeux vidéo (les Super Robot Taisen) qui ne les utilisent en général que pour leurs écrans titres, ce qui signifie qu’aucun générique n’est développé avec ces chansons. C’est bien dommage, et ça explique l’existence de MADs/AMV avec l’intégralité de ces chansons.

Mais JAM Project seul ne saurait rendre un générique bon. la chanson peut-être fantastique, si l’habillage ne suit pas, c’est du gâchis. Deux exemples :

  • Le premier opening de Shin Mazinger Z-hen, Kanjite Knight, est chanté par ULTIMATE LAZY for MAZINGER, un super-supergroupe composé de LAZY et JAM Project. Il est cool et tout, sauf que Shin Mazinger étant un projet qui manquait de budget (et de suite, aussi), le générique est composé d’extraits principalement sortis de l’épisode 1 et est un bordel sans non.
  • L’opening d’Otaku no Video, Tatakae Otaking!, à la gloire des otakus, aurait pu être le meilleur générique du monde. La chanson est parfaite. Le montage vidéo est horriblement naze. Il y a du feu. Et du feu. et puis du feu. J’espère que vous aimez le feu, au moins il est joliment animé. Il n’y a quasiment rien d’autre donc profitez-en.

Bon, mais au moins ces génériques ont de bonnes chansons. On a plusieurs autres types de génériques, dont :

  • Le générique chiant que tout le monde oublie. Shin Mazinger, une nouvelle fois, a pour premier ending ce Brand New World, tellement chiant que les fansubbers de la série supposaient qu’il était passé par l’intégralité des fans vu qu’ils y laissaient des commentaires type « si vous voyez ce message, vous êtes plus courageux que moi ». Pour l’ED2, les SKE48 avaient été recrutées, c’était déjà mieux.
  • Le générique dont le montage est correct, mais qui vous donne envie de vous percer les tympans pour mettre fin à vos souffrances. Dites bonjour à Kaidoku Funô, second opening de Code Geass, ou Raion, quatrième opening de Blood+. Dans le cas de dernier, c’est encore plus impardonnable étant donné que les 3 génériques précédents étaient tous sacrément bons.

Et puis on a les génériques cools. Il y en a de toutes sortes, dépendant des goûts, des couleurs, et des séries. Le For Fruits Basket de Ritsuko Okazaki, opening, comme son nom l’indique, de Fruits Basket, est par exemple parfait. Il colle à la série, dans son ambiance et son montage, justement parce qu’il ne s’y passe pas grand chose.

A l’opposé du spectre, je voudrais vous parler de l’alpha et l’oméga du générique cool d’adaptation de shonen manga, j’ai nommé Makka na Chikai, opening de Busô Renkin. Jugez plutôt.

Busô Renkin est un shonen d’action cliché avec un héros qui obtient un superpouvoir, devient fort, mais finalement pas assez, donc s’entraine, révèle l’existence d’un grand mal, se fait vaincre, s’entraine de nouveau, vainc le mal et vit heureux pour toujours avec sa copine. Parfaitement générique donc. Makka na Chikai, probablement l’une des deux meilleures chansons de Yoshiki Fukuyama (ça tombe bien, on parlera de l’autre ensuite), est fantastiquement bien utilisée pour mettre en valeur les images de l’opening. Tout colle : Les paroles causent de ne pas avoir le temps de s’arrêter pour réfléchir, de ne rien comprendre, d’émotions, de courage, de se battre pour ce à quoi l’on croit, de dépasser ses limites. On fait pas plus cliché. Plus que ça, les images collent parfois presque mot par mot aux images, montrant des alliés quand le mot « allié » est prononcé, montrant des ennemis quand le mot « ennemi » est prononcé, on voit le héros s’effondrer puis redresser la tête alors qu’est chanté « je ne perdrai jamais, je dépasserai mes limites »…

Bref, Makka na Chikai est génial. Il lui manque juste une vraie scène de baston pour être le générique cliché de shonen parfait, mais il est déjà fantastique <3.

Quitte à parler de Yoshiki Fukuyama, ce monsieur, en plus d’être un membre de JAM Project et le chanteur de la chanson dont j’ai parlé précédemment, a également prêté sa voix en 1994 pour devenir la voix chantée d’un certain Nekki Basara, héros de Macross 7. Macross 7 est une série (moyenne) en 50 épisodes qui n’a malheureusement qu’un générique, Seventh Moon, « sympa sans plus », mais dont l’OST, remplie de chansons du groupe rock de Nekki Basara, Fire Bomber, vaut le détour. En 95, la série s’achève, et en 1997 des OVA sont produites. Leur nom, Macross Dynamite 7. Leur opening : Dynamite Explosion.

Je dirais bien que ce générique est parfait (et dans tous les cas c’est le meilleur élément de la franchise Macross 7), mais il a en fait quelques problèmes. C’est un opening qui évolue d’épisode en épisode. On pourrait croire que c’est une bonne chose, sauf qu’après l’opening 1 qui montre Basara en voyage, les 2, 3 et 4 semblent être le même générique à différents niveaux de finition. La scène de concert est au début très sommaire, avec uniquement Basara qui bouge (le reste des membres de son groupe sont montrés fixes comme sur un générique de VN), et même lui se fige par moment. Au 3e opening, le reste des membres des Fire Bomber se mettent à bouger et un public apparait, et le tout gagne encore en sophistication au 4e générique (celui ci-dessus). On y était presque, mais ce n’est pas encore tout à fait ça : Je suis toujours triste de voir qu’à la fin de la chanson Basara a le bras levé sur un plan où la caméra s’éloigne delui… Puis lève de nouveau ce bras baissé sur le plan suivant.

L’opening de Macross Dynamite 7 est de GONZO, et je voudrais bien demander à celui qui en a été responsable si l’évolution de l’opening était voulue ou dûe à des contraintes de temps / budget, le début étant carrément cheap.

En parlant de la saga Macross : Dès le premier Macross avec les chansons de Lynn Minmay (Mari Ijima) jusqu’à Macross F avec Ranka et Sheryl (May’n et Megumi Nakajima [aujourd'hui retraitée]), les Macross sont un vrai bonheur en matière d’anisons, et de séquences associées. En morceaux choisis : Ai Oboete Imasu ka? dans le film du même nom et sa scène de bataille finale qui a fait date, Information High dans Macross Plus, Lion, le 3e générique de Macross F (dont le principal défaut à mes yeux est que personne n’a pensé qu’il serait cool de faire d’y lipsync sur Ranka et Sheryl sur l’un des plans finaux), le fameux Nyan Nyan Medley (7 minutes 30 de final de Macross F, 15 minutes sur son album), et l’un de mes récents favoris, Sayonara no Tsubasa, qui finit dignement le dernier film de la franchise.

Tant qu’à m’aventurer au dela des génériques, arrêtons nous une seconde pour nous pencher sur un film d’un certain Kunihiko Ikuhara. Utena Adolescence Mokushiroku, le fantastique (et incompréhensible) film retelling de Shoujo Kakumei Utena. Pour ce film, Masami Okui, qui chantait déjà Rondo Revolution, générique de la série, fournit une nouvelle chanson qui s’appelle Toki ni Ai wa. Accompagnant une scène qui est un point tournant du film, celle de la danse d’Utena et Anthy, Toki ni Ai wa est une de ces chansons à chanter absolument jusqu’au bout au karaoké, pour ne pas manquer le « naru » final.

Comme piste de réflexion pour ce projet, nyo nous a proposé de réfléchir à notre rapport avec les anisons, à ce que nous aimions en elles.

Ce que j’aime, c’est tout ce qu’elles m’évoquent. Bien sûr, une bonne chanson ou une mauvaise chanson ne seront pas meilleures ou moins bonnes parce qu’elles sont sur une série qui est cool ou non, mais quand j’écoute une chanson utilisée en tant que générique, en tant qu’insert song, en tant qu’ending, j’ai les images qui semblent m’apparaitre sous le yeux.

  • Je vois ce plan fantastique de Rena en train de pleurer quand j’entends « anata wa naraku no hana ja nai » en écoutant Naraku no Hana (Higurashi no Naku Koro ni Kai)
  • Je vois Basara le doigt pointé vers le ciel, les lunettes opaques en écoutant l’intro de Dyamite Explosion, puis je le vois chantant dans le micro ou faisant son solo de guitare
  • Je vois Simon reformant le Gurren-Lagann et déclamant son speech « aniki ha shinda » en entendant le début de happily ever after, et vois le giga drill breaker à la conclusion de la chanson.
  • Je vois Shirô et Archer s’affrontant pour l’unique fois de la série Fate/stay night sur le « kaze ni nori sora wo kazaru » de Kirameku Namida wa Hoshi ni
  • Je vois un… coup de bloomer entre deux lignes du refrains de Kimi no Mama de
  • Je vois Nanoha Fate & Hayate finir un gros monstre sur le refrain de Brave Phoenix, et à mon grand désespoir je vois aussi Vivio se débattre sur celui de Massive Wonders
  • Je vois flasher devant mes yeux les visages de Rei et Asuka lorsque bat la mesure entre deux lignes de Zankoku na Tenshi no Teeze
  • Je vois Mikasa jouer à l’acrobate alors qu’Eren court sur les ramparts quand se lance le refrain de Guren no Yumiya, avant qu’Eren ne plonge et donne le coup de grace à un titan au son du JAAAAEEEEGEEER !

Et c’est tout ça qui fait que pour moi ce sont plus que de simples chansons. Parce que les écouter, les chanter en karaoké m’évoque toujours quelque chose de plus, quelque chose qui existe au dela de la chanson en elle-même.

… C’était tellement beau cette dernière phrase que je n’ai aucune idée de comment continuer. Donc arrêtons nous là. A l’occasion je referai ptet un article sur le sujet, pour aussi évoquer le endings que j’ai complètement laissé de côté.

Joyeux Noël !

Discussion

3 commentaires pour “[Noël 2013] Anisons & Animes”

  1. […] FFenril parle de ses génériques préférés […]

    Posté par Top 9 des génériques d’anime de 2013 | Néant Vert | 25 décembre 2013, 23:48
  2. […] FFenril : Anisons et Animes […]

    Posté par [Blogging de Noël 2013] Ces anisongs que des humains normalement constitués peuvent écouter | Meido-Rando | 26 décembre 2013, 10:10
  3. […] Amo nous fait un top 9 sans pour autant enlever son top Axel Terizaki nous parle de génériques que l’on peut faire écouter à des casuals Exelen et Le Anison Grand Prix Pour les Nuls Anisons et Anime par FFenril […]

    Posté par Not as Planned! » [Blogging de Noël 2013] 5 compositeurs qu’un fan novice se doivent de connaitre | 27 décembre 2013, 1:02

Poster un commentaire

Archives

FFenril.Twitter