// vous lisez...

Animes

Mahô Shôjo Lyrical Nanoha StrikerS – « Pourquoi Vivio ? »

À l’Épitanime 2009, au restaurant Éditotaku, une question fort intéressant me fut posée.

« FFenril, mais au juste, pourquoi Vivio ? »

Il n'y a que 2 personnes sur cette image.

Maintenant près de deux ans après la fin de la diffusion de Nanoha StrikerS, le temps est venu. Le temps est venu de parler de cette expérience angoissante et tellement navrante vécue pendant près de 11h en compagnie de personnages que pourtant, on aimait, et en lesquels on avait entière confiance.

Mais avant tout, partons du début de l’histoire, aux origines. Il était une fois… Un jeu interdit aux moins de 18 ans nommé Triangle Heart. Deux suites et quelques OAVs, respectables ou non, une petite vidéo posa les bases pour ce qui allait devenir un spin-off animé de Triangle Heart : Mahô Shôjo Lyrical Nanoha, construit autour d’un personnage secondaire du troisième jeu.

"Le bon vieux temps"

Et la première série Nanoha était donc née. Réalisée par Akiyuki Shinbo (The SoulTaker, ou plus récemment à peu près toutes les productions Shaft comme Zetsubô Sensei), elle narre les aventures de Nanoha Takamachi, jeune fille qui se retrouve dotée de pouvoirs magiques et se voit confier par Yûno, jeune garçon se présentant à elle sous forme de furet, la mission de retrouver les 21 « Jewel Seeds », puissants bijoux magiques qui risquent de faire des dégâts s’ils sont mal utilisés. Problème, rapidement sur leur chemin se dresse une rivale : Fate Testarossa, également magical girl et prête à tout pour empêcher Nanoha d’atteindre son objectif… Très classique dans son déroulement car partant sur les bases de la recherche de multiples artefacts magiques (comme par exemple les cartes de Clow de Card Captor Sakura), la série développait quelques bonnes idées (la magie mêlée à la technologie) alliées à des thèmes inhabituels, notamment avec des maltraitances infligées par une mère à sa fille. Ne payant pas de mine, la série permettait de passer un agréable moment sur 13 épisodes.

Peu après cette première série est produite moins d’un an après une suite. Et là, c’est la claque. Mahô Shôjo Lyrical Nanoha A’s est un pur bonheur. Reprenant les meilleurs éléments de son prédecesseur, cette fois réalisée par Keizô Kusakawa qui réalisait sa première série (et qui a depuis officié sur la suite StrikerS, mais également par exemple sur l’horrible Inukami!), Nanoha A’s introduisait de nouveaux personnages et laissait, bien plus que dans la première série, la part belle à l’action, l’action, et encore l’action. Rythmée, surprenante dans son déroulement avec des révélations, notamment sur le « méchant » complètement inattendues, Nanoha A’s fut un véritable succès, sa qualité permettant d’attirer nombre de nouveaux fans vers la série.

Alors, quand fut annoncé en 2006 une suite à Nanoha A’s sous le nom de Nanoha StrikerS, il y avait toutes les raisons d’être enthousiaste. Le même studio qui allait reprendre les mêmes recettes mais cette fois sur 26 épisodes avec le même réalisateur, ça ne pouvait donner que du bon, non ?

C’est l’histoire d’un drame qui va vous être narrée ici.

StrikeeeerS !

Épisode 1. Nanoha StrikerS commence… Bon. L’opening, Secret Ambition, n’est pas aussi enthousiasmant qu’on aurait pu l’espérer, mais Nana Mizuki opère plutôt pas mal même si sa chanson n’est pas à la hauteur de celles des deux premières séries, Innocent Starter et Eternal Blaze. L’épisode met en scène deux des nouveaux personnages de StrikerS, Subaru et Teana, dans une séance d’entrainement qui se laisse suivre mais n’est pas particulièrement entrainante… Mais bon, ce n’est qu’un épisode 1 ! Et puis, les héroïnes des deux premières séries, Nanoha, Fate et Hayate apparaissent à la fin, ça va être dantesque !

Les premiers épisodes passent, et… On est bien forcés de le reconnaître, c’est bien loin d’être dantesque comme début de série. Nous sont présentés le monde de Nanoha StrikerS, l’Administration Bureau qu’on ne voyait après tout que furtivement lors des deux premières séries. On découvre le nouvel environnement dans lequel sont plongées nos héroïnes, un environnement militaire (avec des uniformes moches) bien moins gentillet qu’avant et presque plus proche d’une organisation à la Section 9 de Ghost in the Shell. On découvre également les 2 autres nouveaux personnages principaux, Erio et Caro, une flopée de personnages secondaires, la rencontre de Nanoha et Subaru, et faut entraîner les nouvelles recrues… Ouais, ça prend un peu de temps pour poser tout ça, mais l’action va se lancer hein ?

Sauf que… Ouch. Quand l’action démarre, ce n’est pas vraiment sur les chapeaux de roue. Les nouvelles séquences de transformation sont ratées à la fois par leur mise en scène, bien moins dynamique que pour leurs équivalents de A’s, et les reprises des thèmes musicaux de ces transformations sont simplement loupées. À part la transformation de Subaru, pas grand chose à sauver… Et les scènes d’actions en elles-mêmes consistent en du ponçage en règle de méchantes tourelles mobiles arrondies, pas vraiment les combats les plus passionnants qui soient.

Adieu magical girls, salut military girls...

Malheureusement, la suite de la série ne rassure absolument pas. Entre les séances d’entraînement où on pète des hologrammes de drônes arrondis et les scènes d’action où on… Les pète vraiment, ces drônes arrondis, on s’ennuie ferme, et même si le fait que la série soit annoncée pour 26 épisodes supposait bien un rythme moins soutenu que sur les 13 épisodes de Nanoha ou Nanoha A’s, on aurait pas dû en arriver à un tel ennui.

Au final, entre entraînements interminables et blabla à rallonge, on trouve enfin un peu de véritable action dans l’épisode 11. 11 épisodes oui, c’est ce qu’il aura fallu pour qu’autre chose que des adversaires n’étant pas des espèces de grosses boules métalliques se présentent aux héroïnes (puis au héros) de la série… Et malheureusement, la réalisation ne suit pas. Oui, Nanoha StrikerS semble avoir été planifié avec un budget suffisant pour animer correctement 13 épisodes, pas 26. Quand ça bouge enfin, ça bouge seulement mollement…

Ceci dit, l’histoire, même si c’est trèèèèès doux, commence à se lancer. À l’épisode 10, une fillette en haillons apparaît, se traînant avec une petite boite enchaînée à sa cheville. La pauvre petite. Elle est ramenée en sûreté et n’apparaîtra plus jamais jusqu’à la fin de la série alors qu’on analysera la boite probablement liée aux méchants… Ça, c’est ce qui se serait passé dans un monde idéal.

Mais nous sommes dans Nanoha StrikerS, une série jusque là décevante mais qui n’a pas encore révélé son véritable potentiel de destruction. La très jeune fille mentionnée précédemment, Vivio, est ramenée à l’hôpital où elle commence à s’accrocher à l’héroïne, Nanoha. Argh. L’histoire n’avançait pas très vite (voire même pas du tout) jusque là, on vient enfin d’avoir de l’action, on a pas vraiment besoin d’un épisode pour s’occuper d’une gosse victime de guerre… Surtout si elle fait devenir tous les personnages principaux complètement gaga devant elle…

Il n'y a qu'une peluche sur cette image.

… AH. Une seconde. L’épisode n’est pas seul. Déjà que le scénariste de la série a cédé aux délires yuri des fans (Nanoha et Fate dorment ensemble), mais voilà que… Vivio dort avec elles ? Elle va donc rester cette sale gosse pleurnicharde ?… AH. Elle se met à appeler Nanoha et Fate « maman » maintenant.

Et puis l’horreur continue. Jusque là, Nanoha StrikerS était simplement décevant mais pouvait toujours se rattraper sur son final… Sauf qu’ici, on atteint un point de non-retour : Les épisodes horripilants se succèdent les uns après les autres, et c’est avec horreur que l’on voit les scènes les plus navrantes se succéder : Que dire de cette scène, par exemple, ou maman Nanoha et maman Fate se « battent » pour décider si Vivio peut se relever toute seule ou pas ?

Le personnage de Vivio canalise tout ce qui fait les défauts de Nanoha StrikerS. Les personnages, semblant déjà hors de contexte et n’agissant pas comme leurs personnalités devraient les amener à agir (seuls les personnages de Vita et Signum semblent justes), deviennent encore pire, Nanoha, l’héroïne principale, devenant une insupportable maman gaga. Le scénario s’enlise dans des dialogues sans fins et sans qu’aucune avancée ne semble poindre à l’horizon alors que le focus est dédiée à l’heureuse pseudo vie de famille de Vivio et ses deux mamans. Plus que les fautes du personnage en lui-même (tout de même une insupportable pleurnicharde), c’est son impact qui fait qu’il est plus que regrettable qu’il ait été amené dans Nanoha StrikerS, qui était jusque là décevant mais n’en était pas encore arrivé à faire en sorte que le spectateur secoue la tête de désespoir devant son écran. Grâce à Vivio, c’est chose faite.

Il n'y a QUE deux personnages sur cette image.

Reste qu’on peut au moins reconnaître qu’avec Vivio, le final de Nanoha StrikerS gagne au moins un peu en intérêt. Parce qu’au niveau des « méchants », ceux de StrikerS sont quand même au ras des pâquerettes : Ont ainsi été inventés DOUZE personnages numérotés (Uno, Due, Tre, Quattro… Pas besoin de vous faire un dessin) au service d’un grand-méchant-scientifique-fou-chtarbé-pas-charismatique-pour-un-sou. On aurait sorti des clones de Star Wars en ennemis, ça aurait à peine été pire. Parce que bien sûr, le développement de tous ces personnages peut se résumer en une courte phrase, et ce malgré l’extrême lenteur de Nanoha StrikerS. Sans oublier que toutes ces demoiselles n’ont pas forcément droit à des voix différentes, les numéros 1 et 3, 5, 8 et 12, 4 et 9 partageant respectivement les mêmes « comédiennes de doublages« , la démonstration s’il le fallait que les soucis de budgets étaient bien réels…

Ah oui, Nanoha StrikerS, c’est aussi des bonnes idées jetées à la poubelle (ouais, c’est à toi que je parle, jeune fille qui s’énerve et dont les yeux deviennent jaunes, ou à toi, Nanoha qui poutre méchamment une de tes alliées… Seulement pour aller lui parler gentillement à l’épisode suivant après quoi tout le monde est beau, gentil et sans aucune rancune), des personnages secondaires inintéressants et/ou oubliés (Yûno pleure souvent seul au fond de sa bibliothèque, Arf encore plus sur Terre, Chrono c’est la cavalerie qui arrive après la bataille, Acous ou les religieuses servent à rien…) et un power-up final ridicule pour buter… une porte. Heureusement, même s’ils sont bien loin de sauver la série, on passe quand même quelques bons moments notamment durant le final, comme avec l’acte de bravoure final de Vita, le fait que Vivio se prenne finalement la punition qu’elle mérite ou encore que Fate ne soit plus sous l’effet de calmants le temps d’un épisode plus pêchu, ou simplement que le second opening, Massive Wonders, bien plus sympathique et dynamique que le premier.

Reste que Nanoha StrikerS est une fantastique déception comparé à ses illustres prédécesseurs. Lente, molle, mal écrite, manquant de budget, à l’histoire peu palpitante et simplement peu intéressante, cette série est juste sur tous les points en deça de ce qu’on pouvait en espérer, et a simplement réussi à s’aliéner certains des fans de la franchise, exaspérés par les personnages hors de contexte à la personnalité changée, par les nouveaux trop peu intéressants et par la tête à claques.

Rollers forever

Tout ça c’était il y a 2 ans. L’histoire aurait pu (et dû) s’arrêter là… Mais Nanoha StrikerS est coupable d’avoir engendré des rejetons. Le drama CD Sound Stage X donne une suite aux aventures des nouvelles recrues de StrikerS. Mahô Shôjo Lyrical Nanoha ViVid est le nom de l’horriiiible manga qui va mettre en scène… Vivio, dans une side-story, et Mahô Senki Nanoha Force va apparemment être la suite « principale » de StrikerS, quelques années après…

En tout cas, pour la licence Nanoha, l’espoir de retrouver sa qualité passée ne se trouve probablement pas dans ces deux nouveaux mangas mais bien dans le projet de film Mahô Shôjo Lyrical Nanoha THE MOVIE 1st, reprenant l’histoire depuis le début. En espérant un succès suffisant pour avoir droit à un THE MOVIE 2nd adaptant Nanoha A’s, et qu’ensuite… La continuité change, pour ne pas avoir à subir une nouvelle fois StrikerS.

La chance de renouveau

Discussion

15 commentaires pour “Mahô Shôjo Lyrical Nanoha StrikerS – « Pourquoi Vivio ? »”

  1. BEST. POST. EVER.

    Posté par Smankh | 12 juin 2009, 8:40
  2. Mes félicitations pour avoir surpassé ta peur.

    MANLY TEARS

    Posté par Mister Kzimir | 12 juin 2009, 10:16
  3. J’avais un peu de mal a comprendre sa… »phobie » pour Vivio mais au moins la c’est expliqué nettement O_o
    Sinon malgré ta répulsion pour ce perso, tu devrais essayer de jeter un coup d’œil aux premiers extraits de Mahô Shôjo Lyrical Nanoha ViVid (justement un article récent la dessus : http://zettai.kyouran.free.fr/?p=590 )ou apparemment ils ont repris le seul coté intéressant de Vivio : sa forme de Magical Girl bourrine. (malheureusement de l’oppai y a été rajouté T.T »)

    Posté par Viral | 12 juin 2009, 12:14
  4. En mode adulescente, Vivio a toujours été « une jeune fille en bonne santé » (© Axel Terizaki)…

    Merci pour avoir enfin posté un article clair à propos de ton aversion pour Vivio. Je ne vais pas changer mon avis perso sur elle ni « Nanoha StrikerS » pour autant, mais ça a au moins le mérite de nous permettre de comprendre d’où ça te vient.

    Pour autant, je ne suis pas sûr que t’en auras fini avec les « FFenril-papaaaaa »… :D

    Tu l’as réparé, le réveil, au fait ?

    Posté par Trit\' | 12 juin 2009, 15:03
  5. > Nanoha StrikerS, qui était jusque là décevant mais n’en était pas encore arrivé à faire en sorte que le spectateur secoue la tête de désespoir devant son écran.

    J’en étais à ce point aux alentours de la trentième seconde du premier épisode, personnellement. Mais de toute façon cette série n’existe pas.

    Posté par mt-i | 12 juin 2009, 16:00
  6. >Sinon malgré ta répulsion pour ce perso, tu devrais essayer de jeter un coup d’œil aux premiers extraits de Mahô Shôjo Lyrical Nanoha ViVid (justement un article récent la dessus : http://zettai.kyouran.free.fr/?p=590 )

    O_O un lien vers chez moi posté par Viral ^^

    J’ai un avis différent mais il faut reconnaitre que StrikerS permis à un certain nombre de s’intéresser à une série qu’ils prenaient pour un remake de Cardcaptor sakura. SSX et les deux manga sont la preuve de son succès.

    C’est bien ce que je disais: il y a les pro-gamines qui sauvent le monde et les autres.

    Pour les doublages je n’ai pas vraiment fait attention pour pour ce qui est de Otto, la numéro 8 et Deed la numéro 12 il y a une explication: elle sont issu de la même base génétique (d’où la ressemblance physique) et donc sont encore plus sœurs que les autres.

    Et puis tu dis n’importe quoi, les clones de Star Wars ont la classe XD ;)

    Posté par Alioth | 12 juin 2009, 23:03
  7. Epic K-ON@style picture pour l article sur la page d’acceuil)
    Tu me donnes envie de regarder Mahô Shôjo Lyrical Nanoha A’s tiens

    Posté par kokusho | 13 juin 2009, 3:33
  8. Malgré les mauvaises critiques, j’ai commencé la série hier vu que j’avais apprécié A »s. Sauf qu’après 4 épisodes, je sature… Les 3 premiers étaient plutôt bons malgré une quasi-absence de trame ; mais le 4ème avec sa « limitation de magie » – nous sommes censés regarder une série où les personnages deviennent encore plus badasses d’un épisode à l’autre – me reste en travers de la gorge.
    Je teste le 5ème, et si je n’accroche pas… J’ai énormément de choses intéressantes à faire.

    Posté par Gemini | 18 juin 2009, 13:09
  9. [...] vous m’excuserez ce titre étrange, mais il s’agit là d’un parallèle fait avec un de mes contemporains dont je ne comprends pas l’acharnement contre un personnage, certes potentiellement [...]

    Posté par Blog Carambar » Blog Archive » Vivio a deux mamans | 28 juin 2009, 10:58
  10. Ce que je retiens de Vivio ? Quand elle courre pour aller vers Nanoha (ou Fate je sais plus) que l’un lui dit de faire attention, et BOUM, elle tombe par terre, chouine un bon coup xD Pas formidable n’est-ce pas ? ^^

    En tout cas, c’était un très bon article, merci!

    Posté par Leonia | 12 juillet 2009, 12:20
  11. Un article bien déprimant. Nanoha StrikerS = « une fantastique déception » ? C’est pourtant la cerise du gâteau qui a lancé la série à son apogée. Comme disais Alioth, il y a les pro-lolicon et les autres. Même si je suis d’accord sur le fait que Nanoha A’s est la meilleur des 3 saison, Nanoha StrikerS n’est absolument pas une déception « Lente, molle, mal écrite, manquant de budget, à l’histoire peu palpitante et simplement peu intéressante ». StrikerS met en scène un VRAI méchant qui a le mérite noircir la série et de sortir encore plus Nanoha de son « remake de Card Captor Sakura » comme le disait encore Alioth. Pour toi et les pro-lolicon c’était peut-être une déception mais pour le reste du monde et les VRAIS fans, je doute vraiment que ce soit une déception. Autrement la série ne serait plus aussi exploitée si la formule ne marchait pas. Faut être lucide.

    Après, que tu n’aimes pas Vivio, c’est un choix et je le respecte lol.

    Posté par Otaku-sama | 15 août 2009, 1:00
  12. Franchement retourne te branler sur tes lolis et n’essaye pas de faire paraître ton opinion comme des faits car derrière ton attitude de sophiste se cache un idiot doublé d’un ignorant.

    Un scénario lent, mou et mal écrit? C’est pas l’opus de la série qui brille le plus par la façon dont l’histoire est présenté mais en revanche c’est la plus solide des trois. Lent? Ridicule, le pacing est excellent et permet de bien centrer et définir le tout. Mais la vraiment, le manque de budget… Tu veux vraiment nous faire rire c’est ça? Ton post c’est une grosse farce? Strikers a, en général, la meilleurs animation de cette trilogie, par contre je peux reprocher que la distribution du budget a été mal géré et que certain épisode on été un peu plus bâclé que d’autre.
    Le fait que tu dis que Vivio gâche la série prouve que ce que tu dit ne se rapporte qu’a ton opinion et au vu de tes autres arguments franchement elle ne vaux pas grand chose =/.

    Posté par Maxime1007 | 15 août 2009, 1:40
  13. Mahô Shôjo Lyrical Nanoha StrikerS ?
    Cet anime n’existe pas.

    Posté par Sha-ka | 4 décembre 2010, 13:04
  14. Désolé pour toi mais je ne suis pas vraiment d’accord, certe le début est un peu long a se mettre en place mais l’histoire est trés bine ficelée, pour toi ca manque un peu de punch mais pour moi il y en a juste assez.
    Après pour les voix, je ne peut pas te dire parce-qu’en même temps des voix de droid qu’ils soient de combat ou pas ça reste des droid alors pour ça je n’y ai franchement pas fait attention.
    Pour Vivio pour mois elle fait parfaitement partie de l’évolution de l’histoire et des personnages. Nanoha et Fate ne vont pas passer leurs vie a chasser les méchants
    Ensuite au début de ton commentaire tu te reporte aux 2 premières saisons seulement si tu regarde la première au premier ou second episode (je ne sait plus) quand Nanoha parle a sa famille, le cadrage bouge bizarrement et je peut t’en citer 2 ou 3 comme ca.

    Alors pour moi la saison StrikerS reste la meilleur des 3 malgré ses quelques détails sans réels importance

    Posté par Linebarrels | 2 novembre 2011, 15:08
  15. [...] enfants pourris gâtés, Mipple le défendant dès que possible. Je hais Porun. Presque autant que FFenril hait Vivio (si c’était au même point, ça deviendrait de l’amour paternel). Et on me dit que [...]

    Posté par Le BakOtak' et son grenier » 14 salopards pour un Noël | 26 décembre 2012, 1:51

Poster un commentaire

Archives

FFenril.Twitter